Go to content Go to navigation Go to search

On the road home / Sur le chemin de la maison

On the road home

halfway down the hill
the distant sea comes into view

a long, blue brush stroke
in one of your paintings

the screeching gulls overhead
gray dabs

in your silent sky.
…………………..

Sur le chemin de la maison

A mi-hauteur de la colline
la mer apparaît au loin,

long coup de pinceau bleu
dans l’un de vos tableaux;

les cris stridents des mouettes sur nos têtes,
simples touches grises

dans votre ciel silencieux.
…………………


2008
Traduction: Françoise Parouty



Waiting for evening / En attendant la nuit

Waiting for evening on the front porch
you seem lost in thought behind the thread
of your cigarette smoke. What holds your gaze:
the eyes of a smiling, childhood friend?
Like the gull your box camera once caught
in cold November air, I found you today
in an old photograph. You’re smiling at me
by the water’s loose edge. I’m holding the shell
you gave to me. Can you hear the soft breath
of the sea, the tide silently slipping away?

Written: ‘86, ‘90, ‘10

This poem along with comments about it can be also be seen
on the website of Jalel El Gharbi: http://jalelelgharbipoesie.blogspot.com/

…………………………………………..

En attendant la nuit

Attendant la nuit sur le porche
tu sembles perdue en pensée derrière le filet
de fumée de ta cigarette. Qu’est-ce qui retient ton regard :
les yeux souriants d’un ami d’enfance ?
Comme la mouette que ta caméra a une fois saisie
dans l’air d’un novembre froid, je t’ai trouvée aujourd’hui
sur une vieille photo. Tu me souris
au bord vague flou de l’eau.  Je tiens le coquillage
que tu m’avais donné.  Entends-tu le souffle doux
de la mer, la marée qui s’esquive en silence ?
………………………………..
Ecrit: ‘86,‘90 ‘10.Traduction: Françoise Parouty

On peut voir ce poème et des commentaires sur le site
de Jalel El Gharbi à:http://jalelelgharbipoesie.blogspot.com/

Still / Encore

Still

still
in my mind

the water, cold
and waveless

my wet trunks
stuck to me

the towel, grimy
too short for us to lie on

crusts of sand
glued to my back.

I can’t remember
what we said

your smile and voice
soft and warm.

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.


………………………

Encore

fixés
dans mon esprit

l’eau, froide
et sans vague

mon maillot de bain trempé
coincé à moi

la serviette, boueuse/crasseuse
trop courte pour nous à plat

des croûtes de sable
collées à mon dos.

Je ne peux pas me souvenir
ce que nous avons dit

ton sourire et ta voix
douce et chaude.
………………………

2009
Traduction: Françoise Parouty


On the Subway / Dans le metro

On the Subway

the laughter of the stranger
beside me
brings back your laughter

your laughter long ago
and now.

……………….

Dans le métro

le rire de l’inconnue
â côté de moi
me rappelle ton rire

ton rire d’antan
à aujourd’hui.
………………….

2009
Traduction: Françoise Parouty

Surfer / Surfer fr

From the street a child’s voice flows
into my room.

I throw the window wide open.
Years fall away:

I’m on a skateboard surfing
high waves roll beneath my feet

seagulls wheel & dive
above my head.
…………………………..

De la rue une voix d’enfant se glisse
dans ma chambre.

J’ouvre grand la fenêtre.
Des années disparaissent :

je surfe sur une planche à roulettes
de grandes vagues roulent sous me pieds

des mouettes tournoient  & plongent
au-dessus de ma tête.
……………………………

2006. Traduction: Françoise Parout


Somewhere Young Again / Jeune à Nouveau

Halfway up the hill
the house remains,
its walls, a giant hull
beside the tar road,
the distant sea, flat and still
like the blue
in one of your oils.

Dreaming behind a thread
of cigarette smoke
you rest on the veranda.
Are you with a friend
somewhere young again?
The bright sun won’t tell.

In an old photograph
you lean against a rowboat
near the water’s rough edge.
Do you feel the house gently rising
its windows no longer shaking
endless waves coming in?

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

Jeune à Nouveau

La maison se tient toujours
au millieu de la colline,
ses murs, une coque géante
au bord de la route goudronnée,
la mer au loin, calme et plate
comme le bleu dans une de tes toiles.

Rêvant derrière un filet
de fumée de cigarette
tu es assise sous la véranda.
Es-tu avec un ami
jeune à nouveau ?
Le soleil éclatant n’en dit rien.

Sur une vieille photo
tu t’appuies sur une barque
au bord d’une mer agitée.
Sens-tu la maison s’envoler doucement ?
Les fenêtres ne claquent plus
d’éternelles vagues y pénètrent.

………………..
1999
Traduction: Françoise Parouty
Publié: Editions Tarabuste

Happy Hour / Happy Hour fr

In front of the Riviera Café
a layer of sand
softens the sidewalk.
5 beach umbrellas spread shade
on the metal tables.

Near the curb
a fake lifeguard stand
overlooks 7th Avenue.
I sit with my gin & tonic
waiting for something to happen.

Waves of traffic roll by
or slam to a halt
at the light.
Is that you on the N°10 bus?
I see the wide door opening
feel the soft tar give
below my feet.

In the bar a piano plays ragtime
the notes splashing
through us.
You’re here.

We’re at the seashore.

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

Happy Hour

Devant le Café Riviera
une couche de sable
adoucit le trottoir.
5 parasols ombragent
des tables en fer.

Près du bord
une fausse tour de guet
surveille la 7ème Avenue.
Je suis là avec mon gin-tonic,
attendant qu’il se passe quelque chose.

Des vagues de voitures roulent
ou freinent brusquement au feu.
Est-ce toi dans le bus numéro 10?
Je vois la portière qui s’ouvre.
Je sens le goudron céder
sous mon pas.

Dans le bar, le piano joue du ragtime
les notes nous éclaboussent.
Tu es ici.
Nous sommes à la plage.
………………………

1998. Traduction: Françoise Parouty
Publié: Verso 1999; Tarabuste Éditions 2007

Looking Out to Sea on the Uptown Express / La Mer à bord du Méteo Nord Express

Between pale office workers
in button-down collars
on the rush-hour train
you stare
at the giant blue graffiti waves pound-
ing the exit door.

Cresting whitecaps break
over you
hot sand travels the rock-
ing floor
a gull begins to shriek.

The train stops.

Small round white stones skip-
ping up the aisle
pause
to tease your toes.

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

La Mer Revue à bord du Métro Nord Express

Entre de pâles employés de bureau
en col de chemise boutonné
dans le wagon d’heure de pointe,
une fille bronzée en pull-over
et short contemple
d’immenses vagues de graffiti bleus
se brisant contre la portière.

Des crêtes d’écume blanche
roulent sur elle
du sable chaud glisse
sur le sol mouvant
une mouette crie.

Le train s’arrête.

De petits galets ronds et blancs
remontent le couloir
et s’arrêtent
pour lui chatouiller
les doigts de pied.
……………………………

1997. Traduction: Françoise Parouty
Publié : Archipel, 2000 ; Editions Tarabuste, 2007

Without a license / Sans permis

Without a license

I’m in the movie house of my mind
watching myself walk
down the carpet aisle into darkness
a box of popcorn in my hand.
I sit in the front row and see
myself on screen
a teenager driving
home.

Familiar streets flash by.
I want him to turn
around, go back
visit old places and friends.
He can’t. I can’t.
The film won’t stop.
…………………………..

Sans permis

Je suis au cinéma de ma mémoire.
Je me regarde descendre le tapis rouge
de l’allée centrale dans l’obscurité
un cornet de popcorn à la main.
Je m’assieds au premier rang et me vois
en personne sur l’écran
un adolescent qui rentre en voiture
à la maison.

Les rues familières défilent rapidement.
Je voudrais qu’il fasse un demi-tour
revienne en arrière
revoie les lieux et les amis de jadis.
Il ne peut pas. Je ne peux pas.
Le film continue.

…………………..
1993. Traduction: Françoise Parouty

Light Transport / Transport Léger

Its balsa propeller at rest
the model hangs by thread

in the attic vault of air
above my son’s head.

I study his craft
like a cautious guest

then smile, remembering
my wish to fly:

the body ribbed taut
in cotton flesh

the wings outstretched
like arms to reach the sun.

1985
……………………………………….

Son hélice de balsa au repos
le modèle suspend à un fil

dans l’air de la voûte
au-dessus de la tête de mon fils.

J’étudie son art
comme un invité prudent

puis je souris en me rappelant
mon désir de voler:

le corps côtelé et tendu
en peau de coton

les ailes s’étendent comme des bras
pour atteindre le soleil.
……………………..

1985. Traduction: Françoise Parouty
Publié: Décharge, 2004